•  

    Après une grosse semaine passé sur cette ile que l'on aime tant il est grand temps de filer au nord pour se mettre en position "attente du bon creneau" et faire le carénage du bateau. Il nous faut donc dire adieu a certains lieux ou certaines personnes qui ont contribue a notre bonheur antillais.

    Nous avons connu trois types d'adieux

    Les adieux manqués. Je pense ici aux personnes que l'on n' a pas pu recontacter et aux lieux que la meteonous a fait manquer, comme la ville de saint pierre en Martinique, ou les chutes trafalgar falls en Dominique.

    Les adieux reussis. Les fonds de sainte anne m'ont ainsi offert un poisson que je n'avais jamais tiré: une sarde  queue jaune de jolie taille.

    l'heure des adieux

    Et puis cet après midi avec David qui s'est étirée plus que de raison avec un départ au son du benitier.Ou encore ces adieux répétés à trois reprises avec Gwendal à la suite de deux faux départs.

    Enfin les adieux improvisés. Cette escale aux saintes qui n'était pas du tout programmée ou cet arrêt à Fort de France qui a fait la joie de Chloé.

    Mais revenons au récit. Nous quittons donc sainte anne pour les anses d'arlet. Petite navigation vent arrière que l'on apprécie voiles en ciseau. Au petit matin nous quittons le bateau en famille pour une chasse sur l'anse chaudière. Je sais y trouver des baracudas et on a promis ce poisson à Chloé. Xavier en tire deux qu'il touche à chaque fois mais d'un peu trop loin pour les transpercer. Enfin j'en flèche un. Mais notre chasse est perturbée par le passage de jet skis à très grande vitesse. Il s'agit d'une course dont l'ouvreur nous a prévenu 15mn avant son passage. Ils vont vraiment très vite et font un boucan de tous les diables, se moqiuant éperdument de la limitation de vitesse dans la bande des 300m!

    Vers 10 h c'est le départ pour l'anse noire, notre petit trésor dont l'on aura du mal à s'arracher avant la fin de l'après-midi. Du coup nous stoppons notre remontée devant Fort de France avant la nuit. Chloé qui reconnait le parc de la savane aura une répartie qui nous fait sourire: "on a mouillé devant un parc de jeux"! Du coup dès le lendemain petit tour à terre. Les enfants jouent et les grands font les approvisionnements en frais.

    Fin de matinée départ pour saint pierre. La météo prévoit un retour du nord est après une semaine de vent de sud mais elle se trompe. On aura du sud qui se renforce et nous remontons toute la cote sous le vent à la voile, voiles en ciseau! Incroyable! Arrivés devant saint pierre nous dechantons

     

    l'heure des adieux

    . La baie est est très ouverte au sud ouest et le mouillage est franchement très inconfortable. Du coup je décide de continuer jusqu'en Dominique. Oui mais on a tracté l'annexe depuis Fort de France. Il faut donc remonter le moteur puis l'annexe et enfin la dégonfler pour la plier le tout en navigant! Une première, pas très agréable, que nous réalisons sous le vent de l'ile de la perle. 

    l'heure des adieux

    Nous attaquons le canal en milieu d'apres midi et prévoyons donc une arrivée sur roseau en fin de soirée. C'est le canal que nous craignons le plus pour l'avoir à chaque passage connu très agité. En fait ce sera la première foir que l'on fera un canal sans mouiller le pont, ce qui n'empêchera pas Delphine de nourrir les poissons! Un calme olympien et un début de canal au moteur avant une rentrée du nord est. Nous voici devant Roseau vers 22h, cherchant une bouée au spot les fonds étant trop importants pour jetter l'ancre. Mais il règne ici une houle de sud ouest qui rend le mouillage trop incorfontable pour pouvoir dormir. Tant qu'à être réveillé, autant avancer! On ne fera donc pas les trafalgar falls que l'on avait tant aimaime l'an passé. Nous navigons jusqu'au petit matin, au moteur, et jettons la pioche à 4h30 du matin dans "prince ruppert bay", tout au nord de la dominique. Après quelques heures de repos nous filons vers Marie galante. Mais la houle d'ouest nous y promet un mouillage inconfortable. Du coup je change la destination et nous pointons notre étrave vers les saintes. Nous attaquons la navigation avec un petit nord ouest. Sur les 25m de route le vent passera au nord est puis à l'est puis au sud est et enfin au sud ouest! A l'issue d'une navigation "pourrie" nous cherchons un endroit ou jetter la pioche. Pas si facile ici car les saintois ont interdit le mouillage forain sur la plupart des bons spots de l'archipel et mis en place des bouées payantes. Cette année c'est le spot du pain de sucre qui vient d'y passer. Mais nous trouvons notre bonheur et organisons la future sortie du bateau pour carénage en guadeloupe. D'ici là nous profiterons de l'archipel.

    l'heure des adieux

     


    6 commentaires
  • Bon ok on rentre en Europe mais on va quand même prendre le temps de profiter un peu des beaux paysages d'ici.

     

    Nous commençons par retrouver avec plaisir le calme et le charme de tyrell bay. Alors que nous allons profiter du bar et de son wifi nous tombons sur une soirée pizza. Elles sont cuites au feu de bois. Nous ne pouvons y résister et nous régalons de pizza. Qui aurait cru qu'un jour j'apprécierais de manger dans une ile anglaise! Il me faut avouer des souvenirs culinaires désatreux lors d'un séjour à Londres . Ces derniers m'ont rendu suspicieux quant aux gouts anglosaxons en matière de cuisine.

     

    Je retourne seul "en course" et pique deux poissons qui nous régaleront.

     

    Puis, après avoir le plein de frais nous filons vers des rivages inconnus. Première étape:petit saint vincent. Il s'agit d'une île privée occupé par un hotel style grand luxe. On peut quand même débarquer et profiter d'un bout de plage et ..........accéder au bar, au resto et à la boutique! Les enfants n'en reviennent pas qu'une ile puisse être privée et des désirs naissent.

    Remontée des Grenadines

     

    Sinon les infrastructures sont plutôt réussies et la plage superbe.

     

    Remontée des Grenadines

    Mais si nous sommes ici c'est qu'un petit point sur la carte a attiré notre attention. A dire vrai deux petits points. Deux ilots minuscules. Nous en accostons un en annexe. Ce sera l'occasion d'une baignade.

     

    Remontée des Grenadines

    Puis nous hissons les voiles direction une de mes baies préférées. Après une courte chasse nous levons l'ancre, toujours plus au nord, direction une île que nous ne connaissons pas encore: Mayreau.

     

    Remontée des Grenadines

    L'ile offre deux mouillages. Malheureusement ils semblent tous deux bien rouleurs. Nous ne visiterons pas cette ile. Nous filons directement sur Bequia ou nous croiserons un joli voilier arrivant en même temps que nous.

    Remontée des Grenadines

    C'est Chloé qui fera l'entrée dans la baie au moteur, seule . Comme elle a grandi et progressé cette année!

     

    Remontée des Grenadines

    Nous rachetons un peu de frais, faisons une lessive et nous degourdissons les jambes avant de remonter directement le lendemain au nord de sainte lucie, tout près de la Martinique. Mais en revenant au bateau trois bambins sur un cata battant pavillon américain nous jettent un joyeux "hello". Des enfants! Bon ok ils parlent anglais mais ce sont des enfants! On s'approche, discutons, montons à bord et finalement passons la soirée sur le bateau venant des bvi. Les enfants jouent à cache cache. La barrière de la langue est dépassée. Les parents piquent des fous rires devant l'empressement des enfants à aller se cacher. Une super soirée, toute en anglais! Comme ils descendent le lendemain vers Grenade nous leur expliquons ce que l'on a aimé et leur offrons une carte de l'ile.

     

    Au petit matin nous quittons le mouillage la fleur au fusil au vu des prévisions météo. 30 mn plus tard nous déchantons. Le canal est en furie. Des vagues croisées et pyramidales ou le bateau joue à saute mouton. Delphine et Xavier restent dedans. Ils ont l'impression que le bateau va se casser tellement cela cogne (enfin il est quand même bien costaud notre tailana) .Avec Chloé on collectionne les douches salées. On a parfois l'impression de piloter un sous marin en surface...........ou presque. Le bon côté c'est que l'on va vite. En deux heures nous sommes sur l'ile suivante, saint vincent.

     

    Remontée des Grenadines

    On la trouve toujours aussi belle et attirante mais on ne s'arrête pas. Nous ne nous sommes pas senti en sécurité lors de notre dernier arrêt et nous n'avons pas envie de revivre cette expérience. Mais on prendra un ris et on mettra le yankee devant alors que l'on avait tout dehors. On perd un noeud de vitesse mais le bateau glisse davantage. Le second canal ne sera pas tendre non plus. On file quand même à plus de 6 kts de moyenne! Du coup on sera sous le vent de sainte lucie avant la nuit et au mouillage tout au nord plus tôt que prévu en dépit d'une vitesse qui a bien chuté avec le dévent de l'ile. Nous ne mettrons que 13h pour effectuer 70mn. Allez dodo avant le dernier canal pour demain.

     

    Je choisis une formule hybride avec1 ris dans la grand voile et le grand génois endraillé. Le canal est plus calme et le vent conforme aux prévisions., souvent autour de f4 parfois 5. Nous avalerons les 20 m en 3h30 avec un confort que l'on avait perdu la veille et c'est avec plaisir que nous jetons l'ancre dans la baie de sainte anne toujours aussi peuplée de bateaux au mouillage avant le repas de midi.

     

    Remontée des Grenadines

    On est en MARTINIQUE !!!On va retrouver des produits laitiers, des enfants qui parlent le français et faire les pleins avant de rejoindre la guadeloupe et finir de préparer la transat retour.

     


    5 commentaires
  •  

     

    Nous jetons l'ancre en fin d'après midi. Juste le temps d'une baignade avant l'école du soir pour les enfants. Et oui en bateau les horaires scolaires sont flexibles!

     

    Le lendemain réveil tôt. Au programme visite de la capitale, saint Georges, et collecte de renseignements pour la visite de cette fameuse fabrique à chocolat.Chloé fait la tête car elle comptait bien réaliser cette visite dès aujourd'hui. Nos premiers pas nous guident vers un ship pour acheter une manille tordue lors d'un grain. Les prix sont encore plus élevés qu'en Martinique et une taxe de 30.5% s'ajoute si on ne présente pas les papiers du bateau! Nous n'achèterons pas l'antifouling ici et ne carènerons donc pas ici non plus.

     

    La ville est plutôt sympathique, très colorée, et porte les stigmates de la colonisation britannique.

    GRENADE

    Les policemens régulent la circulation avec des gestes d'une rigidité digne d'un automate et une sévérité extrême dans le regard.

     

    GRENADE

    La population elle est très agréable, engageant facilement la discussion.On nous demande souvent si nous apprécions l'ile. Et c'est le cas. Nos pas nous guident jusqu'au marché. Nous y trouvons des mandarines et le frais dont nous avons envie.Retour au bateau en fin d'après midi suite au passage dans un supermarché ou j'achète quelques confiseries pour dimanche car on a beau être aux caraïbes le passage des cloches de pâques ravira nos enfants. Evidement j'adapte les achats au fait que l'on soit dans une île "anglaise" et des toffees accompagnent les traditionnels chocolats.

     

    Le lendemain je tire mon monde du lit aux aurores avec un mot magique: chocolaterie! L'effet est immédiat et nous sommes très tôt au terminal de bus. Nous avions repéré l'excellente organisation des transports en commun à base de minibus et nous avions décidé d'en profiter. L'intérieur de l'ile est très vert comme la dominique ou saint vincent mais semble moins escarpé. Partout la végétation est luxuriante.

     

    Après un changement de bus à Grenville ou nous aurons une vague impression de vieille Angleterre

     

    GRENADE

    nous arrivons à la plantation. Suite à une rapide visite nous sommes enfin devant le stand dégustation.

     

    GRENADE

    Nous discutons avec la vendeuse et lui apprenons le rêve de Xavier.

    GRENADE

    Du coup, elle appelle un ami qui travaille à la fabrique et nous avons droit à une visite privée!

    GRENADE

    Le batiment est bien plus petit que ce à quoi on s'attendait et le prix plutôt élevé des tablettes est expliqué par le processus artisanal intégralement réalisé à la main, avec un seul outil par étape du processus et par pièce de la maison(1 machine à broyer, une à torréfier,...).

     

    GRENADE

    On est loin des productions industrielles!

     

    Suite à une balade dans Grenville, nous faisons étape aux chutes d'eau" les Seven Sisters Falls".

     

    GRENADE

    L'heure étant déjà bien avancée nous ne pourrons toutes les voir et devrons faire vite pour profiter des deux premières.

     

    Nous rentrons de nuit, fourbus ,au bateau et attendrons d'avoir récupéré le lendemain pour aller au sud. La végétation y est plus rase et moins verte. Nous sommes un peu déçu par la profondeur toute relative des "fjords" que la carte nous promettait plus importants. Et puis, il y a de nombreux voiliers. Un petit tour sur les cayes renforcera ce sentiment. Que des petits poissons .Xavier trouvera quand même deux pierres à langoustes ce qui assurera le repas mais non,décidément le compte n'y est pas.

     

    Un petit tour à terre finira de nous décider.Nous préférons la capitale et ses bus qui nous mènent aux cascades. Nous levons donc l'ancre. La météo est loin d'être clémente et nous nous faisons secouer. Nous entrons donc dans Prickly bay le temps d'une pause. Tiens mais c'est joli ici! Nous prenons une bouée libre et allons à terre. Nous trouvons ce dont nous avions besoin: la civilisation. C'est fou comme un endroit adéquat pour laisser les poubelles, une petite source d'approvisionnement et ,comble du luxe, un restaurant avec écran géant vous change la vie!

     

    Le lendemain nous filons sur la capitale et jetons notre dévolu sur les "Concorde falls". Le bus nous laisse au pied de la route d'accès et après trois kilomètres de montée sous le soleil nous y parvenons. Non, non ce n'était pas un enfer. Car la végétation était magnifique et prolixe: bananes, oranges, muscade, cacao ...... nous en avons plein les sacs!

     

    GRENADE

    La première cascade est décevante aussi nous continuons notre marche jusqu'à la seconde. Nous traversons de très beaux jardins le long du cours d'eau et montrons aux enfants des carottes, des choux et des plantes aromatiques. La seconde chute est superbe et l'appel du bain est trop fort.

     

    GRENADE

    Mais nous n'avions pas prévu le comité d'accueil à la sortie! Une horde de moustiques tigres sauvages nous ont mis à leur carte et nous filons le plus rapidement possible.

     

    GRENADE

    La descente jusqu'à l'arrêt de bus sera agréable pour tout le monde sauf delphine qui préférait la montée!! Nous battrons un record de densité dans le minibus avec 21 personnes dans un 15 places. Puis on fait les approvisionnements. Nous tombons devant un musée du chocolat auquel les enfants ne résisteront pas et enfin nous rentrons au bateau préparer le départ du lendemain direction Carriacou. Une pénible remontée au vent avec une mer pas facile nous attends. Mais ce sera le cas sur une bonne partie de cette route retour vers l'europe alors il va falloir s'habituer.

     

     


    4 commentaires
  •  

     

    En fait tout le monde l'appelle l'ile aux épices mais depuis que nous avons appris qu'il y existe une fabrique de chocolat qui se visite en plus nous l'avons baptisée ainsi. Ce sera notre ultime descente dans le sud. Après nous remonterons l'arc antillais et dans les faits nous entamerons notre retour vers l'europe.

     

    J'entame cette croisière les mains dans un chocolat d'une odeur très désagréable et d'une consistance atypique. Un mélange peu apétissant de matière fécale et de cristaux de sel. Il me faut nettoyer la pompe des wc après l'avoir démontée et vidanger la cuvette. Après une demi journée de travail les toilettes fonctionnent!

     

    J'inspecte et vérifie le moteur et les différents serrages puis répare le taud de grand-voile. Finalement nous quittons Béquia après une demi journée d'escale sans avoir mis le pied à terre. Je m'étais arrêté là car je sais la présence d'un ship qui m'aurait été utile en cas de besoin de pièces. Delphine et les enfants en ont profité pour se baigner.

     

    Le lendemain nous filons vers Cariacou pour faire notre entrée dans les grenadines dépendant de Grenade auprès des customs mais ne pouvons résiter à l'appel d'une baie paisible croisée en route. Nous nous y étions tant régalé l'an passé! A peine l'ancre posée on file à l'eau et trouvons une pierre à langouste dans 4m d'eau. Et c'est parti pour une pêche en famille au lasso. Chacun notre tour nous descendons lasso en main pour essayer d'attrapper une bête à antenne. Chloé en touche à plusieurs reprises et Xavier en tiendra une quasiment en main! Finalement nous aurons tous une langouste à se mettre sous la dent et je complète le repas avec une grande cigale et un calamar.

     

    En route pour l'île Chocolat

     

    Durant la recherche du complément je tombe sur un groupe de 5 jolis tarpons que je ne flèche pas car inmangeables. Ils viennent même me renifler les palmes! Alors que je joue avec une sorbe c'est un gros bara qui me passe sur la tête et la fait fuir! Bien que n'ayant pris aucun poisson je me suis régalé. Et le repas du soir nous verra manger les crustacés à la parisienne, les enfants ayant décidé lors d'un conseil de famille culinaire d'appliquer cette recette.

     

    La petite houle contournant l'ile et rentrant dans la baie rend ce mouillage rouleur. Dommage qu'il ne vienne pas d'un quart plus nord car on serait très bien ici. Rien de grave, nous changeons d'ile au petit matin et gagnons Cariacou ou nous réalisons notre entrée officielle. L'officier de l'immigration tique un peu quand il voit que notre dernière sortie est vieille de plus de 10 jours. Je lui explique que nous avons eu des pannes à réparer et que notre bateau est vieux et lent. Notre "cruising permit" en poche nous visitons la capitale: Hilsborough.

    En route pour l'île Chocolat

    Quelques vieilles batisses, des voitures devant les maisons et des constructions hétéroclytes. Nous voyons des container de cargo en phase d'aménagement, d'autres en attente. Cela me fait penser à la ville de la "démerde". Ainsi une maison est faite de deux containers placés à 3 ou 4 m d'écart reliés par un toit en pente commun avec la partie centrale fermée par des planches horizontales. Le tout peint d'une jolie couleur et parfaitement entretenu. Un matériau de construction rapide à mettre en oeuvre en somme.

     

    En route pour l'île Chocolat

    Ensuite nous reprenons la mer direction LE mouillage: tyrell bay. Mais en chemin nous passons sous le vent de ce qui semble fort être un atoll, avec quelques palmiers en pleine croissance. Il s'agit de sandy island et nous tombons sous son charme. Des bouées sont présentes et nous en prenons une. L'ile étant classée réserve il ne faudrait pas abimer les fonds! Baignade des enfants. Nous remettons l'exploration au lendemain. (mauvais choix!) En fait durant la nuit le vent reprendra du nord, rendant notre mouillage inconfortable et je passerais toute la nuit à me réveiller pour veiller. Sitôt le jour levé nous quittons le coffre et allons mouiller à l'abri comme initialement prévu.

     

    En route pour l'île Chocolat

    Beaucoup de pavillons anglais flottent dans cette baie. Les bateaux sont très propres, récents ou fraichement repeints, avec de belles voiles qui semblent neuves. Bref ils semblent solides et en parfait état.

     

    Nous descendons à terre et tombons sous le charme de la vie paisible qui y règne. tout le monde se dit bonjour avec un grand sourire. Il y a de jolies maisons. Des petits marchands de fruits et légumes, des épiceries. Nous achetons une livre de mandarines pays. Ici elles sont vertes. Nous pensions qu'il s'agissait de citrons verts. En bouche c'est une explosion de saveurs. Le gout de la mandarine. Mais elles sont déliceuses, pas insipides comme celles que l'on trouve si souvent sur nos étals.

     

    En route pour l'île Chocolat

    Le dimanche suivant l'équipage fait la tête. Le midi les enfants font à manger (ce qui leur évite de faire la vaisselle) et comme cela fait trois jours que je ne suis pas aller à l'eau pour cause de blessure à un orteil ils chauffent des boites de cannelloni. C'est quand même pas terrible et Chloé refuse carrément d'en manger ! Bref il est temps d'aller en course. J'enfile donc ma combi et emmène tout mon monde à l'eau. Je cherche des cayes et en trouve plus moins profondes. Autour de l'une d'elles il y a des chasses. Les enfants voient l'eau faire de gros bouillons . Les proies sont en surface. Il s'agit de touts petits poissons. Ils sont attaqués par trois groupes de prédateurs: les aiguillettes, les petites carangues et les saumons. C'est superbe à voir. Je prélève un saumon puis prête le fusil à Xavier qui manque de peu une carangue.

    En route pour l'île Chocolat

    Les chasses s'arrêtent. Nosu passons en mode touristes et faisons des photos sous marines. Puis nous changeons de crique. Il y a un peu de courant aussi je laisse delphine et les enfants et vais seul sur l'endroit exposé. Je manque une très grosse sorbe tirée de trop loin puis je me fais regarder par deux très gros tarpons. Enfin je tombe sur une caye d'ou dépassent des antennes. Il y a en deux vraiment plus grandes que les autres et je déloge leur propriétaire. Nous mangerons à 4 sur cette superbe langouste d'1.5kg que je ramène au zodiac. Sur le chemin je tire un calamar. En dépit du froid car un grain est venu les arroser mon équipage retrouve le sourire et nous rentrons au voilier.

     

    En route pour l'île Chocolat

    On est vraiment bien ici mais Xavier n'en peut plus. Il fait des rêves de chocolat! Il se trouve dans la fabrique,notamment au stand dégustation et s'en donne à coeur joie. On ne peut pas le laisser comme ça! On lève donc l'ancre.

     

    La navigation jusqu'à Grenade se fait sous un temps gris. De nombreux grains viendront nous occuper et nos enfants trouveront un moyen de rester dehors mais au sec après s'être fait surprendre par une jolie vague coquine qui nous a tous arrosé. En fait c'est comme si j'étais passé sous la douche!

     

    En route pour l'île Chocolat

    Nous jetterons l'ancre en fin d'après midi au pied de la capitale de l'ile, St Georges, avec une obsession pour le lendemain: trouver la chocolaterie!

     

    En route pour l'île Chocolat


    5 commentaires
  •  

     

    La vie est ainsi faite qu'il faut sans cesse effectuer des choix. Ce n'est qu'après les avoir assumés que l'on sait (et encore pas toujours) s'ils étaient bons ou pas. La vie de voyage en bateau n'échappe pas à cette règle mais les choix à faire conditionnent plus souvent le niveau de confort et le plaisir ressenti. C'est ce qui fait que nous réunissons souvent un conseil de famille pour les effectuer. Chacun étant acteur de ce choix est ainsi plus capable de l'assumer. C'est un des aspect qui plaît aux parents dans ce voyage.

     

    Dans le cas qui nous intéresse nous sommes mouillés au Marin, en Martinique, et nous projetons de voguer vers Grenade dans le sud des petites Antilles. Oui mais voilà, dans 24h il y a un front froid qui descend de Cuba et qui nous promet du mauvais temps. Nous avons une annexe à recoller et du coup si nous restons au mouillage nous serons bloqués sur le bateau. Je propose d'aller à la marina pendant 3 jours. Cela permettra aux collages de sécher et à tout le monde d'aller à terre à sa guise mais cela affaiblira la caisse de bord. Cela implique aussi de bâcler la virée dans le sud ou de faire une croix sur celle dans le nord qui devait suivre. Pas facile ce choix et le conseil de famille ne parvient pas à trancher. Du coup j'assume mon rôle de chef de bord et décide(je vais me faire lyncher si mon choix est mauvais).

     

    Faire des choix!

    On colle l'annexe le matin. Il pleut tout l'après midi! Mauvais choix car les collage seront à reprendre mais bon choix car en navigation cela aurait une vrai galère alors que l'on a pu passer de boutique en boutique tout l'après midi (bobo à la carte bleue).

     

    Un voyageur en bateau dont je suis le blog est en escale au mouillage du marin. On fait sa rencontre par hasard (il passait en annexe devant le bateau). Il nous transmet un peu de ce qu'il a appris durant son voyage qui n'est pas fini et nous présente sa compagne de route qui séduit les enfants après avoir visité le bateau de fond en comble! Il s'agit d'un chat nommé Touline, célèbre par le nombre de bains qu'il a pris durant ce voyage! Merci Gwendal pour ce partage. Tu nous a fait l'immense honneur de nous faire découvrir un nouveau goût: celui du maté.Bon choix!

    Faire des choix!

     

    Les enfant ont enfin pu jouer avec des enfants de leur âge. Ils se sont éclatés. Bon choix!

     

    Faire des choix!

    Samedi soir les enfants jouent quand ils voient quelqu'un poser de la nourriture devant les poubelles. Il s'agit des boites de charter qui ont vidé les bateaux de loc et balancent ce dont ils ne peuvent rien faire. Nos enfant vérifient les dates de péremption, que les paquets soient ouverts ou non et nous amènent fièrement quelques denrées au bateau! De vrais enfants de la démerde! (Bon choix que de les faire voyager en bateau!)

     Nous prolongerons même notre escale en marina d'une nuit pour que les enfants puissent profiter de leur copains!

    Faire des choix!

     

     

    Puis vient le temps du départ. Je projette une navigation non stop jusque cariacou. Mais face à sainte lucie, après avoir croisé un troupeau de dauphins avec le ventre rose et la nuit qui tombe mon équipage ne se sent pas de naviguer de nuit et je n'ai pas envie de me la taper tout seul. On mouille donc pour la nuit à rodney bay. Trois gros bateau y sont mouillés dont un très gros voilier. Repos total. Bon choix!

     

    Faire des choix!

    Réveil aux aurores puis navigation toute le journée pour arriver en fin d'aprèm à saint vincent, toujours aussi belle. Même choix et même décision. Mais un boat boy vient discuter comme l'an passé. Dans la discussion nous apprenons qu'il y a eu une agression sur un bateau allemand il y peu avec mort du skipper suite à des coups de feu! Les enfants sont apeurés, les parents stressés. Les questions sur les éléments présents sur le pont nous font de plus penser à une check list de ce qui pourrait être volé. On décide quand même de se reposer un peu et de partir le plus tôt possible. Mauvais choix car nous ne nous reposerons pas même si rien ne viendra nous troubler.

     

    Faire des choix!

    Au départ de saint vincent nous devons faire face à un nouveau problème. Les toilettes ne fonctionnent plus...........alors qu'elles sont pleines! Bref il faut les vider et réparer. Je m'y colle et remet la réparation à la prochaine ile:Béquia.

    Faire des choix!

    Voilà comment on prévoyait d'arriver en deux jours à Union et que l'on met plus du double pour le faire! Des choix , toujours des choix. Mais bon on a signé donc on assume parfois avec la banane au visage, parfois non.

     

    Faire des choix!


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique