•  

     

    Une semaine que nous avons jeté l'ancre au mouillage devant le village de sainte anne et ..................elle n'a pas bougé! Nous avons planté la pioche près de nos amis du voilier "gamine" rencontrés à hierro puis retrouvés à Mindelo . Nous avons traversé l'océan en même temps et avons échangé quelques informations durant cette aventure. Ils ont été bien plus rapides que nous, traversant en 16 jours mais n'ont rien pêché!

    coincer la bulle

     

    Ce n'est pas leur premier voyage en voilier et connaissent très bien les petites et grandes antilles. Les enfants ont chacun un copain et une copine du même sexe et du même âge avec qui ils s'entendent à merveille. Une véritable aubaine!

     

     

    Leur présence n'est qu'une partie de l'explication à notre manque de mouvement. Certes on avait aussi besoin de se reposer mais le fait est que l'on se trouve bien ici en dépit du grand nombre de voiliers au mouillage (plus de cent mais le mouillage est immense du coup on n'est pas les uns sur les autres).

     

    coincer la bulle

    L'eau est chaude, le mouillage ventilé, le village sympathique et quelques tombants permettent de s'approvisionner en poisson. J'ai ainsi pu flécher un tazar de 3kg puis un bara de 3.3kg

    coincer la bulle

    et de petits poissons (vivaneaux, sorbes et sardes). Bref on achète au village uniquement des fruits et des légumes et chaque beau poisson est l'occasion d'un repas avec nos copains de bateau.

     

    coincer la bulle

    Nous n'avons même pas encore règlé les petits soucis remarqués au long de la traversée! On a quand même pris le temps de faire la clearance et de changer le barbecue de balcon qui menaçait de tomber (avec le poisson qui grillait dessus!) et de gonfler le paddle avec lequel les enfants s'éclatent.

     

    coincer la bulle

    Bon une nouvelle semaine commence , promis on va s'y mettre avant de bouger D'alleurs aujourd'hui je vais grimper au mat pour voir ce qui ne va pas avec ces feux de route mais avant comme on est dimanche on va se faire plaisir et s'offrir un délicieux poulet boucanné. Bouger oui mais vers ou? Nous souhaitons être en guadeloupe fin juin pour accueillir la meilleure amie de Chloé mais d'ici là nous verrons bien....

     


    11 commentaires
  • Voici un rêve de jeune (traverser l'atlantique à la voile) qui a évolué en rêve d'homme (traverser l'atlantique à la voile en famille) et qui est maintenant réalisé. Ce n'est certes pas un exploit mais comme c'est agréable de se dire :"je l'ai fait".

     

    la traversée!!!

    Nous avons rencontré des conditions particulièrement clémentes et avons souvent eu l'impression d'être comme au mouillage. De ce fait les enfants ont eu école tous les jours. Les repas ont été riches et variés. Les patisseries abondantes avec notamment un poilu

    la traversée!!!

    (pour les chtis) ou autrement dit pour les catalans un bras de venus pour fêter la mi parcours. Les enfants ont reçus un cadeau à chaque quart du trajet.

    la traversée!!!

    Ils ont été très zen. Seule Delphine a eu un moral pour le moins fluctuant mais rarement bon. Mais elle s'est de nouveau illuminée une fois l'ancre poséee!!

     

    la traversée!!!

    Nous avons réalisé des navigations de 83 à 127M par 24h. Ce n'est pas rapide mais on a eu seulement 3 jours avec plus de 12 noeuds de vent!

    la traversée!!!

    Et dans la journée non seulement l'intensité du vent était variable mais sa direction également ,heureusement toujours de dominante est. Nous avons profité des moments de pétole pour organiser des baignades au large, sur des fonds de plusieurs milliers de mètres..

     

    la traversée!!!

    Nous mettrons donc 20 jours et demi pour effectuer cette traversée,partant le 23 mars 2015 à 11h de Mindelo pour arriver le 12 avril à 23h.

     

    Notre voyage a été agrémenté par quelques rencontres. Des oiseaux, même en plein milieu dont un qui est venu se reposer sur notre bôme , des dauphins au début et à la fin , des poissons volants de plus en nombreux avec un record de 9 scratchés sur le pont en une nuit , deux bateaux le 12ème jour (un cargo et un catamaran).

     

    la traversée!!!

    La pêche a été bonne bien que rendue délicate par l'énorme quantité d'algues qui flottaient sur l'océan. Nous avons pris un wahoo de 11kg

     

    la traversée!!!

    une coryphène de 3.5kg

     

    la traversée!!!

    1 bourse océanique qui nous a consolé de la perte d'une coryphène énorme

     

     

    la traversée!!!

     

    2 sérioles que Xavier a péché fil en main lors d'un calme plat.

     

    la traversée!!!

    Mais les plus grosses émotions nous ont été données par deux daurades coryphènes mâles énormes. La première s'est décrochée au moment de la hisser à bord. Sa tête faisait plus de 30 cm de large. Il s'est admirablement bagarré, faisant moults sauts pour se libérer et réalisant cet exploit salvateur grâce à un manque de coordination de notre équipage. Une coryphène mâle est également à l'origine de la seconde. Nous sommes parvenus à le ramener au bateau. Je lui ai tiré une flèche dans la tête mais n'ai pu le hisser à bord. Il a repris des forces et pu se décrocher de l'hameçon avant de partir avec la flèche après avoir cassé le fil la reliant au fusil. Nous avons bien pesté car nous n'avions commis aucune erreur et méritions cette prise...

     

    A partir de la seconde moitié l'ambiance à bord a évolué et il revenait régulièrement sur le tapis les envies de chacun. Nous avons posé l'ancre en Martinique à 23h. Le lendemain nous avons cherché à réaliser ces envies. Le réveil a ainsi été suivi d'un bain collectif au cours duquel nous avons eu la chance d'observer une énorme raie léopard. Puis nous sommes allés à terre manger au resto avant de faire des boutiques. Les filles ont acheté une nouvelle robe et les garçons un tee shirt. Moi j'ai attendu une journée pour aller chasser et la mer m'a gentiment offert un joli tazar de 3kg.

     

    Nous sommes partis à la recherche de noix de coco afin que chloé puisse s'en désaltérer.

     

    la traversée!!!

    Nous n'avons quasiment rien cassé pendant cette grande navigation.Pourtant, en dépit de l'anticipation de nos besoin en protéines par la préparation du jambon de la traversée

     

    la traversée!!!

    le départ a été..............approximatif:impossible faire le plein d'eau douce à mindelo.On est donc parti avec environ 120l..............et il en reste à l'arrivée!Le second jour delphine laisse filer la manivelle de winch à l'eau;l'unique exemplaire restant à bord a fait l'objet de notre plus vive attention! La pompe a eau de mer s'est mise à fuir à nouveau mais il était prévu de s'en occuper arrivé au Marin. Les feux de navigation ont cessé de fonctionner au 10ème jour. Le problème étant situé en tête de mat j'ai sagement décidé d'attendre d'être arrivé pour le solutionner. Une écoute de génois s'est rompue 2 jours avant l'arrivée à cause du frottement dans le tangon. Et puis j'ai une petite soudure à faire sur une pièce du guindeau. Peu de bricolage en perspective. Nous allons donc pouvoir profiter pleinement de notre première escale en caraïbe.....

     


    10 commentaires
  •  

     

    Voici une escale mythique dont je rêve depuis ma fin d'adolescence, depuis que j'ai lu des récits de mer qui m'ont donné envie de voyager en voilier. Et bien voilà, j'y suis et en famille!

     

    MINDELO

    Vu du mouillage cette ville est assez grande, colorée, avec une route en bord de mer. Elle présente de nombreux batiments de style colonial. L'eau est chaude. Le soleil brille et chauffe l'air. Un vent rafraîchit bien l'atmosphère. Cette escale a un petit goût exotique qui me plaît bien. Bon la mer n'est pas transparente, contrairement à santa luzia et chasser ici est sportif vu les courants et le vent permanents.

     

    Nous avons le plaisir de voir le voilier "gamine" au mouillage. Les enfants vont donc retrouver leurs copains de bateau. Ce qui est génial c'est qu'il s'agit d'un garçon et d'une fille qui ont le même âge que nos loustics. Et on a une partie du programme en commun, ils pourront donc profiter les uns des autres . On a évidement jeté l'ancre à proximité de leur canote.

     

    Je commence la journée par faire deux aller retour avec Xavi pour compléter les stocks d'eau potable et remplir le réservoir de gazole en vue de la traversée qui nous attend. On en profite pour initier Xavier à la conduite de l'annexe. Ensuite on va en famille trouver un lavomatic puis faire les compléments de vivre et le frais. On déambule dans les rues de mindelo proches du port.

     

    MINDELO

    On commence par le marché au poisson ou Xavier tombe en arrêt face à un énorme poisson perroquet.

    MINDELO

    Ensuite on trouve quelques garbets sur une place avec des marchands des 4 saisons et un simili souk en plein air. L'ambiance est typique et agréable. C'est amusant ce mélange de commerces "européens" (les supermarchés font la taille des grandes supérettes en France) et cette ambiance mi africaine mi créole.

     

    MINDELO

    La promenade dans les rues nous place face à des batiments de style colonial bien plaisants à regarder. Mais nous trouvons désagréable d'être régulièrement sollicités par des cap verdiens pour des dons d'argent. Nous n'avions pas rencontré la mendicité dans les autres iles mais ici il est clair que le seul de fait de croiser des blancs déclenche le réflexe de tendre la main. Je préfère de loin les payer pour un service qu'il nous rendent comme dans les autres iles mais il s'agit sans doute du revers de l'organisation du mouillage.

     

    En effet la marina propose un service de garde d'annexe, de ramassage des poubelles, distribue des plans de la ville..... bref regroupe et monaye tous les petits boulots que les habitants pourraient exercer à titre individuel.

     

    MINDELO

    Heureusement il reste les échanges avec les vendeurs du marché. Il n'est pas évident de se faire comprendre quand on ne parle pas le criolou mais les gestes, quelques mots et une calculatrice pour les chiffres permettent un échange et des éclats de rire.

     

    MINDELO

    Il y a par exemple cette marchande qui propose de la menthe fraiche en feuille. Chloé en rafole et cela lui rappelle celle qui pousse dans notre jardin. Elle en veut. On tempère sa volonté le temps de faire le tour du marché puis on demande le prix. Elle est très bon marché donc chloé a entre les mains un sac de menthe fraiche. Immédiatement elle en saisit une branche et en mange les feuilles, provoquant le même désir chez Xavier. Chloé lui en donne une feuille mais refuse de lui en donner plus de SA branche et se met à gesticuler pour protéger son trésor ce qui déclenche un éclat de rire de la vendeuse. Elle s'était déjà montrée surprise que Chloé mange ainsi les feuilles mais qu'en plus elle les protège!

     

    MINDELO

    Nous terminons les "pleins " en début de soirée. Nous sommes samedi soir. Demain journée tranquille ou si j'ai un peu de volonté j'irais me tremper histoire de retirer les algues et coquilles qui se développent sur la coque de notre voilier et qui vont le freiner donc rallonger notre traversée à moins que je ne le fasse lundi dans une baie plus claire plus au sud. Lundi matin nous faisons notre sortie officielle du cap vert et ce sera le départ pour la mer caraibe .............. ou la baie 5m plus loin.

     

    MINDELO

    Nous pensons mettre 3 semaines pour traverser peut être 4 si le vent est trop faible. Il faudra donc être patient pour avoir des nouvelles mais si vous pensez à nous n'oubliez pas la séance cinéma de 17h avec des gâteaux faits maison.

     


    10 commentaires
  • Nous partons en milieu de matinée après avoir rangé l'annexe. Un voilier plus récent en polyester et plus grand part 1h avant nous. Il prend le même cap. Les deux premières heures la mer est plate sans vent car nous sommes sous le dévent de l'ile. On se croirait en méditérannée. je mets la traine à l'eau avec le leurre de René, espérant une belle prise.

     

    SAO VICENTE

    La météo annonce 20kt de vent. Arrivés à la pointe NO de l'ile de Sao nicolao nous voyons clairement une barre blanche sur la mer. Tiens on dirait qu'il y a plus de 20 noeuds. Le voilier qui nous précède établit toute sa voilure. Bon c'est peut être juste un effet venturi qui se calme un peu plus loin. Nous voilà sur la barre. J'ai mis 2 ris dans la grand voile et le solent devant. On peut donc prendre entre 25 et 30 noeuds sans être surtoilés.

     

    Très vite les déferlantes s'invitent à bord.Je passe de l'état grande chaleur en short et tshirt à l'état frais et trempé. La voile rangée et ferlée sur le pont se fait balayer par les déferlantes au rythme de 5 à 6 par minute! faut aller devant l'attacher plus sérieusement.La sirène s'y colle car elle ne veut pas prendre la barre dans ces conditions. Il faut qu'elle se cramponne pour ne pas se faire sortir du bateau par la puissance des vagues qui balayent le pont. Quand elle peut rentrer à l'intérieur les enfants sont aussi un peu mouillés. En fait de l'eau entre par les ventilations qui passent à travers le pont. Je lui indique de démonter les grilles et d'obstruer les conduits avec ce qu'elle trouve.

     

    SAO VICENTE

    Nous avons une dizaine d'heure de navigation à faire dans ces conditions. Plus la journée avance plus le vent prend de l'intensité. Il y a légérement au sud de la route deux ilots et une ile déserte qui sert de camp de base à certains pêcheurs cap verdiens. Je voulais aller y chasser mais je me suis renseigné et il s'agit d'un site de reproduction du requin tigre. Cela a légèrement calmé mes envies! Nous naviguons actuellement au bon plein et projetter un mouillage sur l'ile de santa luzia permettrait d'être au petit largue donc d'embarquer moins de mer. On abat donc légèrement et nous gagnons immédiatement en confort.

     

    Le voilier qui était devant nous a pris la même option et on se rapproche à grand pas. La barre est franchement dure ce qui indique que nous sommes surtoilés. j'attends d'être un peu abrité de la mer par le premier ilot pour mettre le troisième ris dans la grand voile. Nous rattrappons puis dépassons le bateau parti pourtant une heure avant nous avant l'ilot.

     

    Approchant du second ilot nous sommes de nouveau surtoilés. Il faudrait permuter le solent avec une voile plus petite mais delphine ne se sent pas capable de le faire ni de tenir la barre. Il faut donc gérer les surventes avec ses départs au lof. La mer est trainée par le vent. Elle est blanche d'écume. Elle ressemble à la méditérannée lors des coups de tramontane. Il reste deux petites heures à tenir avant de gagner le mouillage salvateur. A mi chemin le solent explose. La laize du haut est désasemblée du reste de la voile et ne tient plus que par les nerfs de chute et de bordure.

     

    SAO VICENTE

    Nous parvenons au mouillage ou 3 bateaux sont déjà présents. Il est venté mais que nous sommes content d'y jeter la pioche! L'ile est belle .Nous mettons un peu d'ordre sur le pont quand la canne de traine se rappelle à notre souvenir. Elle avait bien sifflé pendant la navigation mais je n'avais pu m'en occuper et j'avais calfeutré tout le monde à l'intérieur du bateau. Cela tire vraiment fort. René va être content. Mince le fil passe sous le bateau! Bon je m'équipe et file à l'eau pour désengager le fil et travailler le poisson. Je demande un fusil pour aller tuer le poisson pris mais je n'ai pas le temps de parvenir au leurre que le fil casse. C'est pourtant du 100 centième! Adieu leurre magique de René.....

     

    Quand je reviens au bateau je trouve chloé en crise de stress. Elle avait très peur pour son papa à cause des requins. Je crois que je ne vais pas chasser dans ces eaux pourtant si réputées et aller le plus rapidement possible en mer caraïbe! Chloé est ravie de cette décision. Le bateau parti devant nous arrive au mouillage une heure après nous. Il n'avait laissé qu'un tout petit bout de génois fortement roulé.

     

    SAO VICENTE

    Je passe ma soirée à réparer la voile et le lendemain nous décollons avec pas mal d'appréhension. La mer du canal de santa luzia est cahotique mais le vent moitié moins fort que la veille. Nous parviendrons à mindelo sans soucis en 5h. La cote nord de Sao Vincente est superbe. Grande falaises noires au pied desquelles on trouve des plagettes de sable blanc. La ville est grande et le front de mer coloré. Nous sommes vendredi soir. Les bureaux officiels sont fermés jusque lundi matin. Nous avons donc au moins un week end à passer ici, escale mythique des voiliers effectuant une traversée de l'atlantique.......

     


    12 commentaires
  • Venant de l'est nous avons le choix entre longer l'ile par le nord ou par le sud. Le nord nous permet d'avoir du vent portant tout le long du trajet mais nous oblige à longer sur plus de 20Mn une côte sans abri ou les vagues de NE viennent s'écraser. Un soucis au vent de cette côte serait vraiment problématique. Le passage par le sud nous permet de profiter d'une mer aplatie par la côte mais nous promet un vent renforcé et une remontée sur 7Mn dans l'axe du vent pour rejoindre Tarafal. Etant confiant dans ma réparation provisoire du moteur je choisis cette option avec dans l'idée de ne pas utiliser le moteur plus de 2h.

     

    Non seulement tout s'est passé comme prévu (incroyable, non?) mais en plus, parvenu à la pointe sud, la mer nous a gâté: banc de globicéphale et banc de dauphins! On en a pris plein les yeux! Et les oiseaux qui piquaient à la recherche de nourriture. Evidement j'ai mis la canne de traine à l'eau...............et non, rien! Décidément on a bien du mal à pêcher. De plus, j'ai beau chercher au sondeur je ne trouve pas de remontées sur lesquelles je pourrais venir chasser.

     

    Sao Nicolao

    La pioche jetée je fais un bilan. Je n'ai rien trouvé de prometteur pour chasser mais je n'ai rien à réparer! C'est si rare que je me dois de le signaler. On profite donc de l'escale qui sera courte.

     

    Le village de tarafal est situé sur la côte sous le vent. Pas de nuages, un beau franc soleil, une chaleur fort agréable. Il est au pied de falaises et canyons magnifiques.

     

    Sao Nicolao

    Les maisons sont colorées, les rues pavées. Nous partons à la rencontre de notre contact pour remettre les colis de l'association. Il s'agit d'un prêtre qui en fait est rentré au portugal mais nous faisons connaissance avec son successeur et nous lui remettons les colis. Il nous explique les difficultés de transport et la grande pauvreté qui règne. Les dons de l'association "coreos del mar" font donc extrêmement plaisir.

     

    Sao Nicolao

    Ils sont plusieurs hommes d'église à officier dans cette paroisse et l'un d'entre eux nous invite le lendemain à un village dans les terres pour le midi afin de voir ou il travaille. Il s'est montré particulièrement intéressé et impressionné par notre voyage en voilier. Nous voulions repartir vers mindelo afin de préparer la traversée dès le lendemain mais nous repoussons ce départ de 24h. Ah oui, la future traversée. Elle se fera finalement à 4 même si Dephine et Xavi appréhendent le début et leur combat avec le mal de mer.

     

    Sao Nicolao

    Nous voici donc partis direction RIBEIRA BRAVA qui en fait se trouve être la capitale de Sao Nicolao. Les paysages se succèdent. Le monde minéral de la côte sous le vent est assez proche de celle au vent. Quelques maisons disposent de leurs potagers .

    Sao Nicolao

    Les fermes sont à dimension plus qu'humaine.

    Sao Nicolao

    Les rues de la capitale ne permettent pas à deux voitures de se croiser. Cette île ne fait aucun effort pour accueillir les touristes et cela fait son charme. Ajoutez à cela que les habitants sont d'une gentillesse infinie et vous aurez un aperçu de l'ile de Sao Nicolao.

     

    Sao Nicolao

    Le midi nous passons un excellent moment avec le frère Claudino qui nous invite à partager un repas au séminaire ou il réside. Il nous une fait une visite. Je n'aurais jamais cru possible que moi je partage un repas et passe quelques heures dans un séminaire! Mais ce frère est vraiment très sympathique. Il parle un peu le français et la présence d'une bénévole qui vit au portugal et parle le français nous a bien aidé. Quand nous apprenons qu'arminda doit se rendre à Mindelo nous lui proposons de venir avec nous en voilier. Mais elle est térrifiée à l'idée de prendre la mer et préfère aller en avion.

     

    De retour à Tarafal nous sommes interpellé par Gouney qui propose à Chloé de lui faire des tresses africaines. Elle en rêvait. Elle devra faire preuve de beaucoup de patience et après 2h elle a une nouvelle tête.

     

    Sao Nicolao

    Pendant ce temps je fais les papiers de sortie avec Xavi puis nous rentrons au bateau . Demain nous levons l'ancre drection Mindelo.

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique